Il est temps de changer, par Julien Pierre

7 mai 2020

Il est temps de changer, par Julien Pierre

7 mai 2020

Il est temps de changer, par Julien Pierre

7 mai 2020

©️ Romain Perchicot/ Section Paloise

Dans le monde, plus de 31 000 espèces seraient menacées d’extinction. Pour freiner la croissance de ce chiffre, de nombreuses associations se battent au quotidien, et parmi elles La Passerelle Conservation. Son fondateur, Julien Pierre, ancien rugbyman, finaliste de la Coupe du monde 2011, a grandi au plus près des animaux dès son plus jeune âge.

Je regarde beaucoup ce qu’il se dit sur l’après crise actuelle. Beaucoup d’articles parlent du fait qu’on va revenir comme avant. Mais il ne faut pas ! Nous devrions nous servir de ce que nous vivons pour nous dire : « Attention, il faut changer. Changer de mode de vie, de consommation, de transport ». Il ne faut pas attendre que les politiques ou les industries bougent.

« Le sport, moteur de changement »

La période que nous vivons ne fait que confirmer le besoin d’un monde nouveau et d’une société plus respectueuse de l’environnement. Les clubs sportifs doivent être un moteur de ce changement, en engageant avec eux leur public, leurs partenaires et toutes les parties prenantes.

Cette prise de conscience a commencé il y a quelques temps. A Pau, nous avons été dans les premiers à parler de politique RSE (ndlr : Responsabilité Sociétale des Entreprises). Aujourd’hui beaucoup de clubs le font, et la Ligue Nationale de Rugby a créé une commission dédiée pour cela.

PAU, FRANCE - MAY 05 : Ceremony for departure of Julien Pierre and Conrad Smith before the Top 14 match between Section Paloise and Toulon at Stade du Hameau on May 05, 2018 in Pau, France.
©️ Romain Perchicot/Section Paloise

On a mis pas mal de choses en place à la Section Paloise. Nous avons revu notre façon d’utiliser les ecocup qui étaient changées chaque année, mis en place des circuits courts pour la restauration des jours de match, supprimer les journaux de match version papier etc… D’autres actions de plus grande envergure arriveront bientôt également.

« A Sumatra, j’ai compris que je devais m’engager »

Rester dans le milieu du rugby à la fin de ma carrière sportive n’était pas un objectif en soi. J’ai grandi dans un milieu très porté sur la préservation des écosystèmes. Et en tant que sportif, on doit porter ses valeurs et être des exemples pour ce changement. Mon enfance et mes expériences m’ont donné poussé à m’engager dans cette voie.

J’ai presque grandi dans le zoo de mon grand-père: c’était un peu comme mon jardin. Je fais partie d’une famille de zoologistes qui voient les parcs animaliers autrement. Quand mon oncle a repris le zoo, il a lancé 40 projets de conservation et réinsertion à travers le monde. Je l’ai accompagné en 2009 à Sumatra avec une association qui préserve les tigres. Quand j’ai vu ce paysage dévasté et des champs brûlés, j’ai compris que ce n’était pas qu’à la télé. On est en train de tout perdre, dont un écosystème qui ne reviendra jamais. Ce voyage m’a donné envie de faire quelque chose, et de bouger.

BERET D'OR DES PARTENAIRES - ESSAI DE LA SAISON Auguste Pereira de l’entreprise TCE a remis le béret des partenaires du plus bel essai de la saison à Julien Pierre. Le capitaine palois a été récompensé pour l’essai très collectif inscrit contre Clermont. 9 May 2017
© Romain Perchicot/Section Paloise

J’aurais pu rejoindre une association déjà existante. Mais je suis un brin entrepreneur, j’avais envie de monter mon propre projet.
On a créé La Passerelle Conservation en 2013 avec le Parc Animalier d’Auvergne, et deux autres parcs devraient rejoindre notre mission cette année. Notre objectif est de soutenir des associations à travers le monde sur des programmes bien précis. Par exemple, pour le panda roux au Népal, on aide à payer les salaires des gardes forestiers; en Mongolie, on accompagne les éleveurs de brebis; au Brésil, on participe à l’achat de colliers émetteurs pour les tapirs. Il y a pas mal de projets différents, que ce soit en Auvergne et dans le monde.

« Avant tout soutenir les autochtones »

Notre volonté est d’essayer de soutenir des projets qui accompagnent l’Homme vers une transition. J’ai appris ça en voyant ce qu’il se faisait un peu partout : on ne peut pas sauver des écosystèmes si on n’accompagne pas les personnes sur place. Il faut qu’ils aient un intérêt à sauvegarder l’espèce dans son milieu naturel, sans quoi tout reprendra exactement comme avant.

Nous travaillons aussi sur un projet pédagogique soutenu par le Fond Européen de Développement Régional (FEDER). Nous voulons utiliser les outils modernes comme les jeux vidéo pour sensibiliser les jeunes à la biodiversité. Ce projet est le fruit d’une réflexion depuis de nombreuses années sur comment faire évoluer La Passerelle, pour être plus efficient dans nos actions. C’est en sensibilisant les plus jeunes que nous pourrons avoir un impact durable. Ils sont l’avenir.

Julien.

©️ Romain Perchicot/ Section Paloise

Bandeau de séparation de deux blocs de contenus

Dans le monde, plus de 31 000 espèces seraient menacées d’extinction. Pour freiner la croissance de ce chiffre, de nombreuses associations se battent au quotidien, et parmi elles La Passerelle Conservation. Son fondateur, Julien Pierre, ancien rugbyman, finaliste de la Coupe du monde 2011, a grandi au plus près des animaux dès son plus jeune âge.

PAU, FRANCE - OCTOBER 06 : JuPi's portrait before the Top 14 match between Section Paloise and Perpignan at Stade du Hameau on October 06, 2018 in Pau, France.
Bandeau de séparation de deux blocs de contenus

Julien Pierre
• Né le 31 juillet 1981
• Rugby à 15

Je regarde beaucoup ce qu’il se dit sur l’après crise actuelle. Beaucoup d’articles parlent du fait qu’on va revenir comme avant. Mais il ne faut pas ! Nous devrions nous servir de ce que nous vivons pour nous dire : « Attention, il faut changer. Changer de mode de vie, de consommation, de transport ». Il ne faut pas attendre que les politiques ou les industries bougent. 

« Le sport, moteur de changement »

La période que nous vivons ne fait que confirmer le besoin d’un monde nouveau et d’une société plus respectueuse de l’environnement. Les clubs sportifs doivent être un moteur de ce changement, en engageant avec eux leur public, leurs partenaires et toutes les parties prenantes.

Cette prise de conscience a commencé il y a quelques temps. A Pau, nous avons été dans les premiers à parler de politique RSE (ndlr : Responsabilité Sociétale des Entreprises). Aujourd’hui beaucoup de clubs le font, et la Ligue Nationale de Rugby a créé une commission dédiée pour cela.

©️ Romain Perchicot/Section Paloise

On a mis pas mal de choses en place à la Section Paloise. Nous avons revu notre façon d’utiliser les ecocup qui étaient changées chaque année, mis en place des circuits courts pour la restauration des jours de match, supprimé les journaux de match version papier etc… D’autres actions de plus grande envergure arriveront bientôt également.

« A Sumatra, j’ai compris que je devais m’engager »

Rester dans le milieu du rugby à la fin de ma carrière sportive n’était pas un objectif en soi. J’ai grandi dans un milieu très porté sur la préservation des écosystèmes. Et en tant que sportif, on doit porter ses valeurs et être des exemples pour ce changement. Mon enfance et mes expériences m’ont poussé à m’engager dans cette voie.

J’ai presque grandi dans le zoo de mon grand-père: c’était un peu comme mon jardin. Je fais partie d’une famille de zoologistes qui voient les parcs animaliers autrement. Quand mon oncle a repris le zoo, il a lancé 40 projets de conservation et réinsertion à travers le monde. Je l’ai accompagné en 2009 à Sumatra avec une association qui préserve les tigres. Quand j’ai vu ce paysage dévasté et des champs brûlés, j’ai compris que ce n’était pas qu’à la télé. On est en train de tout perdre, dont un écosystème qui ne reviendra jamais. Ce voyage m’a donné envie de faire quelque chose, et de bouger.

BERET D'OR DES PARTENAIRES - ESSAI DE LA SAISON Auguste Pereira de l’entreprise TCE a remis le béret des partenaires du plus bel essai de la saison à Julien Pierre. Le capitaine palois a été récompensé pour l’essai très collectif inscrit contre Clermont. 9 May 2017
© Romain Perchicot/Section Paloise

J’aurais pu rejoindre une association déjà existante. Mais je suis un brin entrepreneur, j’avais envie de monter mon propre projet.

On a créé La Passerelle Conservation en 2013 avec le Parc Animalier d’Auvergne, et deux autres parcs devraient rejoindre notre mission cette année. Notre objectif est de soutenir des associations à travers le monde sur des programmes bien précis. Par exemple, pour le panda roux au Népal, on aide à payer les salaires des gardes forestiers; en Mongolie, on accompagne les éleveurs de brebis; au Brésil, on participe à l’achat de colliers émetteurs pour les tapirs. Il y a pas mal de projets différents, que ce soit en Auvergne et dans le monde.

« Avant tout soutenir les autochtones »

Notre volonté est d’essayer de soutenir des projets qui accompagnent l’Homme vers une transition. J’ai appris ça en voyant ce qu’il se faisait un peu partout : on ne peut pas sauver des écosystèmes si on n’accompagne pas les personnes sur place. Il faut qu’ils aient un intérêt à sauvegarder l’espèce dans son milieu naturel, sans quoi tout reprendra exactement comme avant.

Nous travaillons aussi sur un projet pédagogique soutenu par le Fond Européen de Développement Régional (FEDER). Nous voulons utiliser les outils modernes comme les jeux vidéo pour sensibiliser les jeunes à la biodiversité. Ce projet est le fruit d’une réflexion depuis de nombreuses années sur comment faire évoluer La Passerelle, pour être plus efficient dans nos actions. C’est en sensibilisant les plus jeunes que nous pourrons avoir un impact durable. Ils sont l’avenir.

Julien.

Julien.

Il est aussi grand que Julien Pierre. Julien Pierre. Je deviens Julien Pierre. Nous serions Julien Pierre. Peut-être un jour il aura son jour de chance. En revanche je veux devenir Julien Pierre. Une boite de lunette détient le grand Julien Pierre. Attention aux impératifs complète Mary. Julien Pierre n'est autre que moi.

Mais qui est Julien Pierre ?

Julien Pierre est un rugbyman évoluant au poste de deuxième ligne. Après avoir débuté sa carrière au Stade Rochelais, il rejoint Bourgoin-Jallieu, puis le Clermont-Auvergne. Il disputera 182 matchs en terres auvergnates, entre 2008 et 2015 – période durant laquelle il découvrira la sélection nationale. Il prendra d’ailleurs part à la finale malheureuse de la Coupe du monde 2011, perdue contre la Nouvelle-Zélande, et jouera son dernier match avec le XV de France quelques mois plus tard contre le Pays de Galles. Julien Pierre signe en 2015 avec la Section Paloise, et annonce la fin de sa carrière de joueur en 2018.
Engagé dans la cause animale, il crée en 2013 le fond de dotation La Passerelle Conservation avec le Parc Animalier d’Auvergne. L’objectif est de soutenir différentes associations à travers le monde pour la conservation des espèces menacées et la préservation de l’environnement.

©️ Romain Perchicot/ Section Paloise

Dans le monde, plus de 31 000 espèces seraient menacées d’extinction. Pour freiner la croissance de ce chiffre, de nombreuses associations se battent au quotidien, et parmi elles La Passerelle Conservation. Son fondateur, Julien Pierre, ancien rugbyman, finaliste de la Coupe du monde 2011, a grandi au plus près des animaux dès son plus jeune âge.

PAU, FRANCE - OCTOBER 06 : JuPi's portrait before the Top 14 match between Section Paloise and Perpignan at Stade du Hameau on October 06, 2018 in Pau, France.
Bandeau de séparation de deux blocs de contenus

Julien Pierre
• Né le 31 juillet 1981
• Rugby à 15

Je regarde beaucoup ce qu’il se dit sur l’après crise actuelle. Beaucoup d’articles parlent du fait qu’on va revenir comme avant. Mais il ne faut pas ! Nous devrions nous servir de ce que nous vivons pour nous dire : « Attention, il faut changer. Changer de mode de vie, de consommation, de transport ». Il ne faut pas attendre que les politiques ou les industries bougent.

« Le sport, moteur de changement »

La période que nous vivons ne fait que confirmer le besoin d’un monde nouveau et d’une société plus respectueuse de l’environnement. Les clubs sportifs doivent être un moteur de ce changement, en engageant avec eux leur public, leurs partenaires et toutes les parties prenantes.

Cette prise de conscience a commencé il y a quelques temps. A Pau, nous avons été dans les premiers à parler de politique RSE (ndlr : Responsabilité Sociétale des Entreprises). Aujourd’hui beaucoup de clubs le font, et la Ligue Nationale de Rugby a créé une commission dédiée pour cela.

PAU, FRANCE - MAY 05 : Ceremony for departure of Julien Pierre and Conrad Smith before the Top 14 match between Section Paloise and Toulon at Stade du Hameau on May 05, 2018 in Pau, France.
©️ Romain Perchicot/Section Paloise

On a mis pas mal de choses en place à la Section Paloise. Nous avons revu notre façon d’utiliser les ecocup qui étaient changées chaque année, mis en place des circuits courts pour la restauration des jours de match, supprimé les journaux de match version papier etc… D’autres actions de plus grande envergure arriveront bientôt également.

« A Sumatra, j’ai compris que je devais m’engager »

Rester dans le milieu du rugby à la fin de ma carrière sportive n’était pas un objectif en soi. J’ai grandi dans un milieu très porté sur la préservation des écosystèmes. Et en tant que sportif, on doit porter ses valeurs et être des exemples pour ce changement. Mon enfance et mes expériences m’ont poussé à m’engager dans cette voie.

J’ai presque grandi dans le zoo de mon grand-père: c’était un peu comme mon jardin. Je fais partie d’une famille de zoologistes qui voient les parcs animaliers autrement. Quand mon oncle a repris le zoo, il a lancé 40 projets de conservation et réinsertion à travers le monde. Je l’ai accompagné en 2009 à Sumatra avec une association qui préserve les tigres. Quand j’ai vu ce paysage dévasté et des champs brûlés, j’ai compris que ce n’était pas qu’à la télé. On est en train de tout perdre, dont un écosystème qui ne reviendra jamais. Ce voyage m’a donné envie de faire quelque chose, et de bouger.

BERET D'OR DES PARTENAIRES - ESSAI DE LA SAISON Auguste Pereira de l’entreprise TCE a remis le béret des partenaires du plus bel essai de la saison à Julien Pierre. Le capitaine palois a été récompensé pour l’essai très collectif inscrit contre Clermont. 9 May 2017
© Romain Perchicot/Section Paloise

J’aurais pu rejoindre une association déjà existante. Mais je suis un brin entrepreneur, j’avais envie de monter mon propre projet.

On a créé La Passerelle Conservation en 2013 avec le Parc Animalier d’Auvergne, et deux autres parcs devraient rejoindre notre mission cette année. Notre objectif est de soutenir des associations à travers le monde sur des programmes bien précis. Par exemple, pour le panda roux au Népal, on aide à payer les salaires des gardes forestiers; en Mongolie, on accompagne les éleveurs de brebis; au Brésil, on participe à l’achat de colliers émetteurs pour les tapirs. Il y a pas mal de projets différents, que ce soit en Auvergne et dans le monde.

« Avant tout soutenir les autochtones »

Notre volonté est d’essayer de soutenir des projets qui accompagnent l’Homme vers une transition. J’ai appris ça en voyant ce qu’il se faisait un peu partout : on ne peut pas sauver des écosystèmes si on n’accompagne pas les personnes sur place. Il faut qu’ils aient un intérêt à sauvegarder l’espèce dans son milieu naturel, sans quoi tout reprendra exactement comme avant.

Nous travaillons aussi sur un projet pédagogique soutenu par le Fond Européen de Développement Régional (FEDER). Nous voulons utiliser les outils modernes comme les jeux vidéo pour sensibiliser les jeunes à la biodiversité. Ce projet est le fruit d’une réflexion depuis de nombreuses années sur comment faire évoluer La Passerelle, pour être plus efficient dans nos actions. C’est en sensibilisant les plus jeunes que nous pourrons avoir un impact durable. Ils sont l’avenir.

Julien.

Julien.

Il est aussi grand que Julien Pierre. Julien Pierre. Je deviens Julien Pierre. Nous serions Julien Pierre. Peut-être un jour il aura son jour de chance. En revanche je veux devenir Julien Pierre. Une boite de lunette détient le grand Julien Pierre. Attention aux impératifs complète Mary. Julien Pierre n'est autre que moi.